Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 16:20

Qu’aurait été notre voyage si nous étions arrivés dans une vallée déserte? Aurions-nous eu la même appréhension de ces montagnes? Qu’aurait on retenue du Massif du Cilo-Sat à par des considérations purement techniques et esthétiques. Ce voyage a effectivement été grandement façonné par notre rencontre avec le peuple kurde qui nous on accueilli et aidé avec cette spontanéité et cette joie de vivre qui leur sont si particulières.

Au camp de Merghan

P1030660

 A Hakkari, d’abord, ou fraichement arrivés (j’en réfère au sens chronologique de l’adverbe, il y faisait une chaleur brulante à cette époque) nous nous sommes employés à démêler les questions de l’accès au massif : que ce soit dans la rue, à l épicerie ou à la mairie, les kurdes ont fait preuve d'une disponibilité sans pareil pour essayer de nous comprendre et de comprendre notre projet. Chose très ambitieuse si l’on sait que nous n’avions pas de langage commun. Peu de kurdes parlent l’anglais et notre seul outil de communication pour nous demeura un minuscule dictionnaire anglais-turc. Les kurdes prenaient malgré tout un temps considérable et dégageaient une énergie charitable pour nous trouver la solution. Par exemple Il arrivait très souvent que plutôt de nous faire comprendre qu’elle ne parlait pas anglais, la personne à qui nous nous adressions tire un portable de sa poche et « appelle un ami » parlant anglais (toute ressemblance avec un quelconque jeu télévisé est fortuite) pour que ce dernier joue le traducteur.

 

La carte au trésor.

P1040010

C’est ainsi que nous avons rencontré Polat un jeune étudiant de retour dans sa région d'origine Hakkâri pour les vacances. Nous étions à la pêche aux renseignements à la mairie d’Hakkâri qui prit des airs d’office de tourisme le temps de notre visite. On nous avait installé dans un grand bureau au centre de la bâtisse à l’étage ou on nous abreuvait continuellement de thé. Avions nous l’air desydra-thé? Non bien sur, le thé c’est la poigné de main, plus qu’un facilitateur d’échange, une marque de politesse incontournable.

Un salon de thé improvisé

P1030252

Ainsi une tasse de thé dans une main, un stylo dans l’autre nous improvisons un « dessiner c’est gagner » en kurde. Nous tracions des chemins imaginaires sur une carte, mimions des situations de grimpeur, désignons les sommets  sur l’ancienne brochure d’alpinisme turc (précieusement amenée dans nos bagages : notre carte au trésor) devant une assemblée intriguée. Une assemblée dont nous ne savions pas vraiment quel était le rôle de chacun dans cette mairie. En effet, la mairie c’est un peu le café du coin de la rue ou le moulin du village.  On y passe pour dire bonjour à un collègue ou glaner les dernières nouvelles. Des gens passaient leur tête par l’ouverture de la porte, puis voyant ces trois individus singuliers, entraient nous saluer et prenaient part au débat. Malgré tout, autour de nous, on s’organise, on passe de coups de fils (à l’armée truc?!), on nous fait signe de patienter en nous offrant un...verre de thé. Puis finalement une personne parlant anglais arrive : Polat. Non seulement Polat parlait très bien l’anglais mais comprenait aussi notre projet.

 En effet l’idée d’aller dans ces montagnes paraissait assez saugrenue pour beaucoup. Partant d’une infiniment bonne intention, on essaya de nous dissuader : on nous répètera qu’on ne peut pas dormir dans la vallée de Merghan. Pourquoi ? Parce qu'il n'y a pas d’hôtel! Et puis les lieux sont dangereux…on peut se perdre, il y a des glaciers et il y peut y faire froid!

 Nous avons cette chance en effet de pouvoir nous fatiguer pour le plaisir, pas pour aller récupérer une chèvre ou aller garder un troupeau. Nous avons le luxe de cuisiner sur un réchaud et dormir dans une tente par choix, sachant que cette situation ne tient qu’à notre volonté.

Polat comprenait que nous voulions accéder à cette vallée pour notre loisir, et nous aida à organiser notre voyage au camp de Merghan.

 

Polat, Thomas et Alex au camp de Merghan

P1030265.JPG

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Barbara Satre
commenter cet article

commentaires

L'équipe

Çilo Sat'ourne!

Le film!

 

Sorry, je l'enlève pour qu'il reste exclusif jusqu'au 25 octobre prochain. Date des rencontres Expé à Grenoble.

Vu à la télé kurde