Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 21:14

Le PKK, on en parle peu mais on le chante beaucoup, il est là, il plane au dessus des kurdes comme un sauveur universel…une notion pas si éloignée que cela. Les bergers et jeunes portent volontiers la tenue kaki et le fusil à l’épaule. Marque de sympathie ou preuve d’une réelle implication, on n’a pas osé demander. Parfois les regards montent vers le ciel et on scrutent une arrête ou 3 silhouettes s’en détachent. Le PKK qui jette un œil sur Mergan. Avant de partir Polat nous servira de traducteur et nous les questionnerons sur la valeur de ce combat. Nous serons touchés par leur témoignages : pas de haine, ni de désir de vengeance, juste un besoin d’exister en tant que kurde. Les bergères diront : » nous ne voulons pas de se combat, cela nous ronge, mais nous ne pouvons nous résigner a abandonner ce que nous sommes. « Cela fait presque 100 ans que les kurdes s accrochent à leur rêve, sans baisser les bras.

Apres notre exploration au Cilo notre expédition devait nous conduire au Sat, massif plus rapproché de la frontière iranienne mais aussi plus surveille, nous nous heurterons à l'armée turc sur le trajet. Le chef du bataillon, s'exclamera, en pointant son doigt nerveux sur les montagnes « terror terror ! » Nous demanderons alors ce qu’ils pensent du Massif du Cilo d'ou nous venons. Il reprendra le même refrain : "Le cilo est interdit, il y a des terroristes, c est dangereux. »

Nous comprenons que nous avions débarqué dans une enclave kurde, un no man’s land. Mais les assassins sanguinaires dépeints par le soldat semble bien loin des souriants et bienveillants bergers en tenue du PKK.

C‘est la drôle de réalité de ce conflit insoluble. Les terroristes des uns sont les valeureux résistants des autres. Cette région a un visage à deux faces. Pourtant malgré ce gouffre de contradiction, elle fonctionne et se modernise à grands coups d’investissements turcs, elle avance precautieusement comme un équilibriste progresse sur un fil. Il arrive qu’il se déséquilibre et c’est alors le plongeon dans la violence comme le rappelle le bain de sang de Sinark (village plus à l’ouest d’Hakkari) en décembre dernier.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Barbara Satre
commenter cet article

commentaires

FX 30/01/2012 13:43


Ils sont bien ses petits articles, qui c'est qui a rédigé tout ces sujets sur la vie locale ?

Barbara Satre 30/01/2012 15:18



Salut FX!


Sipas (Merci) pour ton commentaire!


Bon, cela m'encourage à encore relire mon petit carnet de voyage et à repasser mes souvenirs!


A bientôt



L'équipe

Çilo Sat'ourne!

Le film!

 

Sorry, je l'enlève pour qu'il reste exclusif jusqu'au 25 octobre prochain. Date des rencontres Expé à Grenoble.

Vu à la télé kurde